Mot du Chef Instructeur France J.K.A

, par www.francejka.com

Une nouvelle saison commence et je souhaite qu’elle soit dans la continuité des précédentes. Cependant cette année existe une différence de taille : Sensei LAUTIER, à l’origine de France J.K.A, a cédé son poste de Chef Instructeur qu’il occupait depuis la naissance de notre association.

Avant de démissionner, Sensei LAUTIER m’a proposé de lui succéder. J’ai accepté sachant que je serai aidé et soutenu par les hauts gradés ainsi que les membres du comité directeur. Avec l’aide de ce dernier, Sensei LAUTIER a porté la France J.K.A jusqu’à l’adolescence, maintenant il est de ma responsabilité de l’amener jusqu’à l’âge adulte aidé par une équipe technique et un pool administratif soudés.

Pour moi, le rôle de France J.K.A est de rassembler l’ensemble des pratiquants et des clubs de karaté J.K.A de France et de continuer à leurs proposer :
-  des stages animés par des experts reconnus de la J.K.A ;
-  des formations pour les aider à enseigner et à progresser dans la pratique du karaté J.K.A ;
-  des compétitions suivant le règlement J.K.A ;
-  la possibilité de recevoir des instructeurs de la J.K.A dans leur dojo ;
-  de passer des grades et des qualifications internationales J.K.A ;
-  d’aller s’entrainer facilement au dojo central de la J.K.A, dans les dojo des instructeurs de la J.K.A et dans les universités de la J.K.A.

Je souhaite que tout cela se fasse dans la convivialité et la rigueur technique qui ont caractérisés les années où Sensei LAUTIER a été Chef Instructeur France J.K.A et durant lesquelles les instructeurs japonais et les visiteurs des autres tendances du karaté ont apprécié leurs passages chez nous.

LAUTIER, SAWADA et OHTA Sensei continuerons à nous aider du mieux possible en venant animer des stages dans les clubs de France J.K.A qui les inviteront. Je tiens aussi à remercier respectueusement Sensei LAUTIER pour tout ce qu’il a réalisé et qu’il continue à faire pour France J.K.A ainsi que pour le karaté-do.

Je vous souhaite une excellente saison 2015-2016. Prenez plaisir à pratiquer ensemble le karaté que vous aimez car en France, vous êtes le karaté J.K.A et le karaté J.K.A, c’est vous.

Denis DOUARRE, Chef Instructeur France J.K.A

La Japan Karate association

Masatoshi Nakayama, élève de Gichin FUNAKOSHI, va créer en Mai 1949, avec le soutien d'autres sempai, la NIPPON KARATE KYOKAI ou JAPAN KARATE ASSOCIATION (JKA).

Dans les années qui vont suivre, sous la direction de Masatoshi NAKAYAMA, la JKA va former des experts afin de propager dans le monde le Karate-Dô Shôtôkan.

 

Parmis eux des grands noms du karaté tel que les Senseï Kasé, Enoeda, Miyazaki, Yahara, Shiraï, Kagawa, Osaka, Shoji, et tant d'autres encore.


La représentante officielle de l'école JKA en France est la

France Japan Karaté Association (FJKA)

qui a été créée par Senseï Daniel Lautier (7ème Dan JKA)

 Denis DOUARRE est  Chef Instructeur France J.K.A

Dates importantes

1949 en mai création de la JKA;

Le président est Isao OBATA (1904-1976). Gichin FUNAKOSHI est président d'honneur.

1955 La JKA est réformée par Masatoshi NAKAYAMA (1913-1987) et Hidetaka NISHIYAMA5( 1928-2008).

Le premier Hombu Dojo eest créé à YOTSUYA (Tokyo).

1986 Mise en place du programme d'entraînement d'instructeurs

(Kenshusei).

1957 la JKA est officiellement reconnue par le gouvernement japonais.

1er championnat "All Japan" remporté par Hirokazu KANAZAWA.

1958 Masatoshi NAKAYAMA devient Chef instructeur

1964 La Japan Karate Federation (JKF) est crée.

1975 La JKA se retire de la JKF et organise la 1ere coupe du monde de Karaté amateur (IAKF)

1981 La JKA réintègre la JKF.

1985 Création de la coupe du monde Shoto.

1986 Nobuyuki NAKAHARA  devient le 8°président.

1987 Masatoshi NAKAYAMA décède.

1990 Les premières scissions apparaissent.

1995 La JKA gagne un procès contre les dissidents.

1998 La JKA obtient à nouveau raison devant la cour d'appel.

1999 La cour d'appel donne définitivement raison à la JKA.

2001 Inauguration du nouveau HOMBU Dojo, à BUNKYO-KU, OMAGARI.

2004 La JKA officialise son programme :

" Etre le garant des plus hautes traditions du Karaté "

2010 Masaaki UEKI devient le Chef Instructeur de la JKA.

Il succède à Motokoni SUGIURA en poste depuis 1991.

                                                   Source: Magazine Karaté Bushido

                                                                Octobre 2010

                                                             

Une certaine idée du Karate

Maître FUNAKOSHI était un homme d’une force extraordinaire, il a véritablement introduit le karaté traditionnel aujourd’hui souvent décrit comme le « Zen en mouvement » à travers le monde. Il fut celui qui changea le caractère « Kara » qui signifie chinois, pour le caractère qui, lu exactement à l’identique, signifie de façon totalement différente « Vide » (le vide étant la philosophie centrale du Bouddhisme).

Il fut celui qui devint le cœur de  la JKA , celui autour de qui, il y a plus de cinquante ans, l’organisation fut créée et organisée. Et c’est à travers son esprit et son enseignement que  la JKA est restée authentique.


Quatre différentes approches du Karaté

En observant les différentes écoles dans lesquelles vous pouvez aller pour étudier l’art du karaté aujourd’hui, vous comprendrez ce que nous voulons dire par quatre différentes voies.


La première approche est une sorte de gymnastique corporelle, comme un simple programme de renforcement musculaire et d’entraînement du corps.


La seconde approche est un « sport » ou un jeu, où vous portez des gants type « boxe » et souvent un casque protecteur, et où la victoire est obtenue par l’addition de points accordés par des règles sportives. Mais les règles peuvent changer, dépendant notamment des sponsors du tournoi. Aussi pour continuer à gagner vous devez apprendre de nouvelles règles et de nouvelles techniques.


La troisième approche est une sorte de sport de combat-contact utilisant des gants et quelques fois d’autres protections. Cette approche revêt plutôt la forme d’un spectacle populaire sanglant, comme la boxe Thaï, le K1 ou le Pride.


Enfin, la quatrième approche est un art martial, ou Budo (voie martiale) ; en d’autres termes c’est une voie de vie.


C’est la voie de  la JKA.

Le Karaté JKA est Bushido


Bien que le Karaté JKA soit une forme raffinée du karaté Shotokan, le karaté perfectionné par le grand maître FUNAKOSHI a un sens profond : le Bushido. C’est le karaté basé sur la « voie », et modelé par l’esprit des anciens guerriers japonais : Les Samouraïs.


Dans ce karaté, le but ultime n’est pas de devenir un jour un champion olympique mais de développer la capacité de chacun à mettre hors d’état de nuire un adversaire, sur une technique de poing ou de pied.

Pour atteindre ce but, les pratiquants doivent s’astreindre à s’entraîner dans l’inséparable « trinité » : kihon, kata et kumite.


A travers cette pratique, la progression inévitable est la force, l’esprit et la discipline. Eventuellement, les pratiquants deviendront de formidables combattants. Mais ils devront d’abord apprendre la patience, la compassion la loyauté, l’indépendance, la déférence et l’intégrité.

Les règles de combat en JKA sont simples et naturelles

La JKA impose seulement le minimum de restrictions afin de préserver l’intégrité physique des combattants. Nous ne portons ni gants, ni protections en kumite. Il n’y a pas de catégories de poids comme en boxe. Il n’y a pas de calcul ni d’additions de points.

La seule chose qui compte c’est que les juges décident que vous : grand ou petit, lourd ou léger, fort ou frêle, avez battu votre adversaire en ayant délivré une attaque décisive avec vos poings ou vos pieds sur une partie vitale de son corps.

La JKA a créé ces règles de combat, les premières dans le monde du karaté, en 1959, à l’occasion du premier championnat du Japon.


Depuis ce temps, elles n’ont jamais changé, dans quelque domaine que ce soit. Il n’y a pas de changement envisageable. Ces règles sont simples et naturelles et elles sont claires : gagner ou perdre sur la première attaque décisive (sans bien sûr blesser votre adversaire).

Après la seconde guerre mondiale


La JKA a été créée immédiatement après la seconde guerre mondiale, en 1949, avec Gichin FUNAKOSHI, le fondateur de l’école de karaté Shotokan, comme Chef Instructeur.  La JKA fut instaurée en tant qu’organisation qui proposait d’entraîner les maîtres du karaté traditionnel afin d’enseigner un mode de vie. Elle ne fut pas créée pour organiser uniquement des combats.


En 1957,  la JKA fut reconnu par le Ministère japonais de l’éducation, comme la seule organisation publique de karaté avec un statut légal reconnu d’utilité publique. Aujourd’hui,  la JKA est reconnue dans le monde entier. Nous sommes comparés au Kodokan, le centre mondial du Judo. Nous avons notre propre quartier général dans un building de quatre étages (dont nous sommes propriétaires) situé au centre de Tokyo, avec une surface de plus de 1 500 mètres carrés.

Nous avons à plein temps un staff de dix huit gradés, des instructeurs professionnels très bien payés, et trois internes, sous la direction du Chef Instructeur, régulièrement élu, Motokuni SUGIURA.

Propagation du Kokufu-Bunka

Notre but- la cible de tout ce que nous entreprenons - est de propager à travers le monde « kokufu-bunka-karate », le karaté basé sur l’ancienne tradition du Bushido japonais.

C’est la forme la plus pure du karaté, la plus haute tradition de l’art, notre volonté est de l’enseigner à des hommes et à des femmes, à travers une volonté profonde et une discipline constante. C’est également notre volonté de promouvoir l’éducation des jeunes, aussi bien mentalement que physiquement, à travers l’enseignement de notre art.

Finalement, nous voulons montrer que la pratique du karaté traditionnel, avec ouverture, est bienvenue au milieu de la complexité de notre monde moderne, et qu’il y a de la place pour tous de façon générale, sans distinction de race, de sexe, de statut social, de nationalité ou de profession.

Pour finir, je souhaite, au nom de nous tous à  la JKA , mes meilleurs vœux pour l’avenir à tous les « vrais » karate-ka.

[1]Kara : terme qui se rapporte spécifiquement à la dynastie TANG (617-908 après J.C) était jusqu’aux premières décennies du 20ième siècle le nom utilisé au Japon pour désigner  la Chine.

 

Texte original écrit par Noboyuki NAKAHARA

President de la Japan Karate Association 
9ème DAN JKA

 

NOUVELLE  SECTION FILLES 10 -13 ANS

PHOTOS RASSEMBLEMENTS ENFANTS OKCV

MAITRES ET ECOLES

SHORIN-RYU

ITOSU Ankō Senseï
ITOSU Ankō Senseï

SHOTOKAN

Gichin FUNAKOSHI Senseï
Gichin FUNAKOSHI Senseï
OTSUKA Hironori Senseï
OTSUKA Hironori Senseï
EGAMI Shigeru Senseï
EGAMI Shigeru Senseï
source :http://ainkarateshotokan.wordpress.com
FUNAKOSHI Yoshitaka Senseï
OBATA Isao Senseï
OBATA Isao Senseï
HARADA Mitsusuke Senseï
HARADA Mitsusuke Senseï
 HIRONISHI Genshin Senseï
HIRONISHI Genshin Senseï
                                  OSHIMA Tsutomu Senseï
OSHIMA Tsutomu Senseï
NISHIYAMA Hidetaka Senseï
NISHIYAMA Hidetaka Senseï
KASE Taiji SenseÏ
KASE Taiji SenseÏ
NAKAYAMA Masatoshi Senseï
NAKAYAMA Masatoshi Senseï
SUGIURA Motokuni Senseï
SUGIURA Motokuni Senseï
UEKI Masaaki Senseï
UEKI Masaaki Senseï
KANAZAWA Hirokazu Senseï
KANAZAWA Hirokazu Senseï
S.Miyazaki Senseï
S.Miyazaki Senseï
SHIRAI Hiroshi  Senseï
SHIRAI Hiroshi Senseï
ENOEDA Keinosuke Senseï
ENOEDA Keinosuke Senseï
YAHARA Mikio Senseï
YAHARA Mikio Senseï
ASAI Tetsuhiko Senseï
ASAI Tetsuhiko Senseï
ABE Keigo Senseï
ABE Keigo Senseï
 TANAKA Masahiko Senseï
TANAKA Masahiko Senseï
OSAKA Yoshiharu  Sensei
OSAKA Yoshiharu Sensei
IIDA Norihiko Sensei
IIDA Norihiko Sensei